camping last minute ile de ré
Quand souhaitez-vous venir ?

Flexible sur les dates ? Consultez nos disponibilités !

Choisir
paiement vacances ile de Ré Espace client
Votre camping est ouvert
du02/04/2020
au25/09/2020
Camping La Tour des Prises » Faire du camping » L’essor du camping chez l’habitant sur l’île de Ré

L’essor du camping chez l’habitant sur l’île de Ré

Sur l’île de Ré, le camping chez l’habitant est un mode de séjour de plus en plus fréquent. L’essor de cette pratique entraîne aussi un nouvel enjeu financier. S’il a toujours été autorisé de laisser camper gracieusement des vacanciers dans son pré ou dans son jardin, la tendance est aujourd’hui pour les propriétaires d’en tirer un revenu.

Désormais, des sites dédiés et des applications mettent en relation les propriétaires rétais avec les vacanciers qui souhaitent arrêter chez eux leur camping-car ou y planter leur tente. Les prix s’échelonnent de 5 à 35 euros, avec une tendance à la hausse, surtout dans les secteurs préservés et recherchés comme celui de l’île de Ré.

La première question que l’on peut se poser est celle de la légalité : le camping peut-il être pratiqué sur terrains privés, hors cadre professionnel et terrains agréés ? La réponse est oui, avec bien-sûr l’accord express du propriétaire.

La restriction concerne tous les sites, même privés, où le camping est en lui-même interdit : c’est-à-dire le bord de mer, les sites inscrits, classés, faisant l’objet d’une sauvegarde, ou encore faisant partie d’un périmètre de protection. Des arrêtés préfectoraux ou municipaux, ainsi que le plan local d’urbanisme (PLU) peuvent également interdire la pratique du camping dans certaines zones : les terrains privés peuvent être concernés par ces interdictions. Or, l’île de Ré abrite plusieurs zones protégées : c’est le cas du littoral et du milieu dunaire, des fortifications classées, mais aussi de la réserve naturelle de Lilleau des Niges par exemple.

Une autre question se pose aux propriétaires : faut-il déposer une demande ou une quelconque déclaration administrative pour pouvoir louer une partie de son terrain à des fins de campement touristique ?

La réponse est à nouveau oui, avec des conditions différentes selon le nombre d’emplacements loués ainsi que la durée de location. Une déclaration préalable en Mairie doit être déposée pour pouvoir louer de 1 à 6 emplacements pour tentes, camping-cars, caravanes ou même mobil-homes. L’activité de location doit être exercée moins de trois mois dans l’année. En cas de durée de location supérieure à 3 mois, comme en cas de nombre d’emplacements supérieur à 6, le propriétaire du terrain devra obtenir un permis d’aménager.

Si le service est devenu payant, quid des questions d’assurance, de fiscalité et de loi ?

  • Du côté des revenus, les bénéfices tirés de la location d’emplacements de camping sur terrain privé relèvent du régime micro-foncier, à condition qu’ils n’excèdent pas les 15 000 euros bruts annuels. Lors de la déclaration d’impôt sur le revenu, il faudra remplir le formulaire 2042, case BE. Des avantages fiscaux peuvent être retirés de la location d’emplacements de camping de particulier à particulier : des charges peuvent en effet faire l’objet d’un abattement fiscal de 30 %. En dessous de 750 euros de revenus annuels tirés de l’activité, ceux-ci sont normalement exonérés d’impôts.
  • Du côté des assurances, les propriétaires doivent s’assurer aussi d’être bien couverts sur les dégradations commises par leurs clients campeurs, au risque de se retrouver dans des situations très inconfortables. Les campeurs faisant appel à des propriétaires pour séjourner sur un terrain privé sont également tenus de s’informer de ce que couvre leur assurance en responsabilité civile.